Rumeur du Jeu et du Merveilleux

PARIS (AFP) – Payer pour faire l’amour est une pratique probablement encore plus ancienne que l’espèce humaine elle-même, selon une étude décrivant un véritable « marché du sexe » chez les macaques indonésiens et publiée cette semaine dans le magazine britannique New Scientist.

En observant durant 20 mois une cinquantaine de macaques à longue queue à Kalimantan Tengah, Michael Gumert, de l’université technologique Nanyang à Singapour, a constaté que les femelles s’accouplaient en moyenne 1,5 fois par heure, mais que cette fréquence grimpait à 3,5 fois par heure chez celles qui venaient de se faire épouiller par un mâle.

Ce dernier devra, avant de satisfaire son désir, « travailler » d’autant plus que peu de femelles se trouvent à proximité. La recherche des poux de sa partenaire jusqu’à ce qu’elle s’offre à lui prendra ainsi jusqu’à 16 minutes si les femelles sont moins nombreuses que les mâles dans le secteur et seulement 8 minutes dans le cas inverse.

« De nombreuses études qui n’ont pas constaté ce mécanisme de marché biologique avaient été réalisées en captivité », selon M. Gumert.

Selon Ronald Noë, de l’université de Strasbourg en France, auteur avec Peter Hammerstein de l’université Humboldt en Allemagne de la théorie du « marché biologique », « on retrouve une imbrication bien connue des marchés de l’accouplement et de l’économie chez l’espèce humaine », où « il y a beaucoup d’exemples de vieux hommes riches obtenant les faveurs de jeunes femmes attractives ».


Publié

dans

par

Étiquettes :